Journées nationales de formation des élu-es régionaux et de leurs collaborateurs-trices – Bilan interrégional et perspectives à mi-mandat

Les élu-es régionaux sont parvenus à mi-mandat. Qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition, il s’agit pour eux de dresser un bilan des réalisations ou des actions menées, et de leur communication. Conçues selon une méthodologie participative, ces deux journées permettront aux élu-es d’établir une analyse comparative entre leurs régions ; afin de dégager les forces et les faiblesses de leur mandat ; mais aussi de dresser des perspectives individuelles ou collectives pour envisager l’avenir

Du 15 janvier 2019 au 16 janvier 2019

15 janvier 2019 de 10:00 à 18:00
16 janvier 2019 de 9:00 à 16:00

Tours

Université de Tours
3 Rue des Tanneurs
Tours (France)
Site des Tanneurs

Formation sur 2 journées


Imprimer le programme

Objectifs

  • Coproduire un bilan interrégional de mi-mandat mettant en avant les actions des élu-es à l’échelle régionale
  • Envisager les perspectives, dans une démarche prospective, deux ans avant les prochaines élections régionales
  • Inscrire son action dans le contexte économique, social et politique actuel en établissant un lien avec les problématiques nationales ou locales, et avec les autres échéances électorales

Pré-programme

Ce pré-programme sera précisé au fur et à mesure : n’hésitez pas à le consulter régulièrement sur notre site.

Mardi 15 janvier

Matin: plénière d’introduction pour construire le cadre, partager les objectifs, la méthode, préciser un fil conducteur pour fournir un livrable à l’issue de ces journées

Après-midi : 1ère séquence de travail en groupes, aiguillé par les intervenants

Mercredi 16 janvier

Matin : 2ème séquence de travail en groupes, guidé par des experts

Après-midi : plénière de restitution, mise en commun, perspectives

Intervenants

Des experts de l’animation, spécialistes des dynamiques d’intelligence collective

Gaël Roustan – Consultant – Ancien secrétaire général de groupe en conseil régional puis directeur de cabinet d’une commune de plus de 150 000 habitants